SZD-56-2 Diana-2

 

Histoire version courte : SZD-56-1 "Diana" était un planeur de classe course aux performances exceptionnelles, né dans l'entreprise d'État SZD au début des années 90 du siècle passé, destiné avant tout aux compétiteurs très ambitieux. Son constructeur principal, ing. Bogumił Bereś fut convaincu que la performance absolue était possible au prix d'abandon de tout compromis... Ainsi fut créé un planeur comme nul autre pareil, des dimensions extrêmement réduites, d'un poids et d'une surface mouillée de loin les plus faibles de tous les planeurs modernes. Si vous voulez d'autres informations sur le Diana (SZD-56-1), vous pouvez les trouver ici.

Le temps de certification étant très long (le certificat EASA pour le SZD-56 fut délivré au bout de 10 ans), entre temps la société SZD a été liquidée, et - avant d'obtenir le précieux sésame - le planeur s'est vu rattraper par les concurrents. L'ingénieur Bereś a donc décidé d'arrêter la production de ce modèle et de frapper encore plus fort. Une de raisons de cette décision fut la rencontre entre l'initiateur du projet Diana et le célèbre aérodynamicien polonais dr Krzysztof Kubryński. Ce dernier estimait que l'on pouvait faire bien mieux encore. C'est ainsi que Diana-2 a vu le jour...

Cette réussite provient surtout du nouveau dessin de l'aile de forme elliptique, avec un profil original, étudié par dr Kubryński.

Les performances exceptionnelles du SZD-56-2 dans toutes les conditions et tous les types de temps, lui permettent de figurer aux premières places des compétitions internationales. En effet, depuis 2005 à ce jour (décembre 2016), le planeur a sur son compte plus de 15 médailles d'or et d'argent dans des compétitions internationales.
Le recours aux dernières avancées technologiques dans la conception et dans la fabrication (fibre de carbone), a permis d'obtenir une masse à vide de ≈185 kg environ. Avec la masse à vide la plus faible de sa classe et la possibilité d'emport de ballasts jusqu'à 200 litres, le Diana-2 offre une capacité d'emporter plus d'eau que son propre poids !

Sa charge alaire peut ainsi varier de 28 kg/m² jusqu'à 57,7 kg/m².

Son manche latéral est tout aussi surprenant que son aile sans longeron. Le premier contribue pourtant à la bonne ergonomie du poste de pilotage.

La seconde offre une capacité de ballastage sans pareil. Avec une demi-aile ne pesant que 30 kg et un maître-bau minimaliste, le Diana-2 donne parfois l'impression d'un modèle réduit... Pourtant son palmarès n'a rien de ridicule, ni de réduit...

Cette quête de performance sans aucun compromis donne au Diana-2 une finesse calculée à plus de 50 et des qualités d'accélération incomparables.

La pluie des médailles tombées sur le Diana-2 fait qu’il est très bien connu en France, cependant il n'a jamais encore été commandé par un pilote français... Sans doute, à cause de la certification qui lui manquait.
Désormais c'est la chose faite - avis aux amateurs !

CARACTERISTIQUES :

Envergure :                             15,00 m

Longueur :                                6,88 m

Hauteur :                                  1,35 m

Surface alaire :                         8,64 m²

Allongement :                         26,04

Masse à vide :                      185 kg

Masse maximale :                 500 kg

Facteurs de charge :         + 5,3 / - 2,65

Charge alaire :               de 28  à  57,7 kg/m²

PERFORMANCES :

A la masse de :                         500 kg

Finesse maximale (calculée) :   > 50

Vitesse de décrochage :           60 km/h  (à la masse minimale)

Taux de chute minimal :          - 0,45 m/s

    (mesuré à)                            80 km/h  (à la masse minimale)

Taux de chute à 180 km/h :     - 1,2 m/s  (à la masse maximale)

VNE :                                        275 km/h 


Certificat de type : EASA.A.451

Potentiel : 1 600 heures (3 000 heures en cours)

Garantie du fabricant : 24 mois

La promotion du début 2017 est désormais terminée.

Prix de base 2019 : 91 200 € TTC EXW (76 000 € HT EXW)

Brochure à télécharger : SZD-56-2 Diana-2 (en pdf) bientôt ICI

Bulletins de service à télécharger : NIL



Un doublet pour Diana-2 à Benalla !

Au 34-ème WGC, à Benalla, en Australie, le Polonais Sebastian Kawa sur Diana-2 a conquis la 1-ère place, et Lukasz Grabowski, un autre pilote polonais, sur Diana-2 également, a terminé 3-ème. Le Japonais Makoto Ichikawa sur Ventus 2a, s'est intercalé entre eux.
Et pour faire bonne mesure, sur 37 concurrents, tous les trois Diana-2 participants se sont classé dans les 10 premiers : le champion italien Stefano Ghiorzo a fini 8-ème.

Le premier Diana-2 français est livré !

Nous avons le plaisir d'annoncer que le premier exemplaire du SZD-56-2 Diana-2 a été commandé en février 2017 ! Livraison, prévue vers mi-juillet, a eu lieu le 23 juillet. Le F-CBEY réside désormais à... Beynes.

Et maintenant un F.E.S. pour Diana-2 !

Juillet 2017
Après une décision d'offrir aux pilotes une version motorisée, la construction du prototype du Diana-2 FES (Front Electric Sustainer) progresse rapidement. Le premier vol d'essai est prévu pour décembre prochain (2017). La livraison du premier exemplaire aura lieu au printemps 2018 aux États Unis. Ensuite les exemplaires prévus pour les clients européens seront livrés selon la date de délivrance par l'EASA du STC pour ce GMP.

Novembre 2018
Nous avons tous pêché par un excès d'optimisme : même si les essais en laboratoire furent menés tambour battant et terminés fin mai 2018, le pilote d'essai et toute équipe d'usine ont attendu tout l'été l'indispensable autorisation de vol. Elle est arrivée enfin... fin septembre et depuis on progresse à raison d'un vol tous les dix jours... La livraison du premier exemplaire du SZD-56-3 a bien eu lieu aux États Unis, mais les clients américains n'ont nullement besoin de la certification européenne. Il est donc assez difficile de prédire, quand les exemplaires prévus pour les clients européens seront livrés (ce sera selon la date de délivrance par l'EASA du STC).

Décembre 2020
Enfin ! Le Diana-2 F-CPIL, prévu pour une livraison fin août / début septembre était physiquement prêt en septembre (par ce temps de la covid, ce n'est pas si mal...). Hélas, les autorisations nécessaires nétait toujours pas délivrées... Elles ne l'ont été qu'en... novembre, et une attente de la météo s'en est suivie. Le vol de réception a finalement pu être fait le 21 décembre 2020, le seul jour volable depuis le début du mois. Le deuxième Diana-2 français, et le premier SZD-56-3 français, F-CPIL est donc enfin prêt pour la livraison.